Les sujets qui nous préoccupent

La population s’émeut de la frénésie des constructions ces dernières années et des impacts sur le trafic, les transports publics et la qualité de vie en général

Les élus de l’ICD oeuvreront au respect du PGA et des divers plans sectoriels régissant l’aménagement du territoire. Et que les solutions apportées aux questions de mobilité ne fassent pas empirer la situation.

Le réaménagement de la RC1 à l’ouest du village nous parait un élément essentiel de la prochaine législature. Cette étape doit être un réel bénéfice pour la communauté, contribuant à absorber une partie du trafic local, diminuant autant que faire se peut l’engorgement des artères communales.

Les électeurs redoutent une hausse importante du taux d’imposition

L’ICD se garde bien de promettre aux citoyens un gel du taux d’imposition. Par contre, nous nous engageons à faire ce qui est du ressort des autorités communales pour maîtriser les dépenses. D’autre part il nous semble évident que la planification financière doit être développée et utilisée comme outil usuel de gestion. Nous estimons également judicieux de générer des recettes additionnelles en oeuvrant de manière proactive à la venue d’entreprises.

Les vagues de cambriolages enregistrées inquiètent la population

L'ICD mettra tout en œuvre afin de demander à titre de prévention plus de présence et de visibilité des patrouilles, la nuit tombée ou encore à vélo ou à pied selon la saison.

Des activités économiques pourraient disparaître face à l’expansion des zones résidentielles

L’ICD a la ferme intention de maintenir et développer des activités économiques sur son territoire, au sens des zones ‘’activités’’ et ‘’mixtes’’ du PGA en vigueur, principalement à l’Ouest du territoire. La proximité des hautes écoles et des entreprises anciennes ou nouvelles gravitants autour nous semble propice à l’installation d’unités de haute technologie sur notre territoire.

Le centre-village perd de son attractivité disent de nombreuses voix

L’ambitieux projet de réaménagement de la zone, présenté avec peu de concertation, avait rebuté nombre d’électeurs et de commerçants. Laissé ensuite au fond des tiroirs, le sujet mérite certainement d’être remis sur le métier.

Le ‘’développement durable’’ est sur toutes les lèvres, mais que fait-on à Saint-Sulpice ?

Pour l’ICD le temps est venu d’en faire plus. La Commune doit être exemplaire dans ses propres activités, mais aussi informer et inciter tous acteurs privés à entreprendre cette démarche